Accueil > Médiologie > Journalistes mal informés

Journalistes mal informés

dimanche 18 avril 2010

En 2003, The Economist a pris position pour la guerre en Irak. « Nous avons été candides », avoue John Micklethwait, son rédacteur en chef. Sophie Pedder (correspondante à Paris) se souvient d’une grande fracture dans la rédaction : « La raison pour laquelle la position proguerre a prévalu, c’est que nous avions confiance en Tony Blair et que les informations fournies par les Américains plaidaient pour une intervention. »

Tout cela dans un article du Monde (daté du 18/4/2010) qui tresse des couronnes à un magazine réputé pour... la qualité de son information.

Comprenne qui pourra.