le site de paul soriano

Médiologie, philosophie, finance, livres & idées

« Les citations dans mon travail sont comme des voleurs de grands chemins qui surgissent en armes et dépouillent le promeneur de ses convictions » (Walter Benjamin)

Accueil > L’argent > Aglietta & Rebérioux : dérives du capitalisme financier

Aglietta & Rebérioux : dérives du capitalisme financier

samedi 22 décembre 2007

Michel Aglietta et Antoine Rebérioux,
Dérives du capitalisme financier,
Albin Michel, 2004.

Les scandales entourant la gestion de grandes sociétés cotées depuis l’année 2000 ne sont pas les accidents de parcours d’un capitalisme dominé par la finance de marché. Ils sont au contraire la manifestation la plus évidente des contradictions qui sont au cœur d’un régime de croissance financiarisé. Fondement du capitalisme financier, le postulat selon lequel l’entreprise doit être dirigée dans le seul intérêt de ses actionnaires est précisément son talon d’Achille. La liquidité des marchés financiers et le développement de l’épargne contractuelle gérée dans un souci de performance purement financière rendent illusoire le contrôle des entreprises par les actionnaires. L’instabilité chronique de la finance aggrave les carences de ce contrôle. Elle ouvre des opportunités à l’enrichissement personnel des dirigeants, les détournant de leur responsabilité à l’égard du collectif de l’entreprise.
L’entreprise doit être dirigée comme une institution, ou s’élabore une finalité commune à l’ensemble de ses parties prenantes et non comme un objet de droits de propriété. Cette avancée démocratique devrait également se traduire dans la gestion de l’épargne collective, de manière à réduire l’instabilité macro-financière. C’est à cette double condition qu’il est possible de remettre le capitalisme contemporain dans la voie du progrès social.

(4e de couverture).

Voir en ligne : Bibliographie sur l’argent

SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact