« Les citations dans mon travail sont comme des voleurs de grands chemins qui surgissent en armes et dépouillent le promeneur de ses convictions » (Walter Benjamin)

Accueil > Philosophie > Amabilités philosophiques

Philosophie

Amabilités philosophiques

Critique de la déraison pure

Paul Soriano, jeudi 31 juillet 2008

« Entendement. Sécrétion cérébrale permettant à celui qui la possède de distinguer une maison d’un cheval grâce au toit de la maison. Sa nature et ses lois ont été exposées en détail par Locke, qui chevaucha une maison, et par Kant, qui vécut dans un cheval » (Ambrose Bierce)


Chesterton : déconstruction

« La décomposition de la société est appréciée par les artistes comme la décomposition des corps est appréciée par les vers. » (Chesterton).


Chesterton : le cynisme niais

« Quand Bernard Shaw soutient que Noël n’est qu’une conspiration ourdie par les épiciers et les marchands de vin pour des raisons purement commerciales… [il] pourrait aussi bien dire que les deux sexes ont été inventés par des joaillers désireux de vendre des alliances. » (Chesterton).


Pascal : exécution

« Descartes, inutile et incertain » (Pascal)


Gómez Dávila : éthique du diable

« Dieu finit en parasite dans les âmes où prédomine l’éthique… A toute éthique formelle, c’est le diable qui finalement donne son contenu. » (Nicolás Gómez Dávila).


Marx : Bentham ou la philosophie du lieu commun raisonneur

« Bentham est parmi les philosophes ce que son compatriote Martin Tupper est parmi les poètes. Le lieu commun raisonneur, voilà la philosophie de l’un et la poésie de l’autre… Dans aucun pays, à aucune époque, personne, pas même le philosophe allemand Christian Wolff, n’a tiré autant de parti du lieu commun. Il ne s’y plaît pas seulement, il s’y pavane. Le fameux principe d’utilité n’est pas de son invention. Il n’a fait que reproduire sans esprit l’esprit d’Helvétius et d’autres écrivains français du XVIIIe siècle. » Karl Marx.


Nietzsche : Kant, un psychologue des plus bornés

« Kant : psychologue et connaisseur de l’homme des plus bornés ; se méprenant grossièrement eu égard aux grandes valeurs historiques (la Révolution française) ; fanatique de la morale à la Rousseau avec un fond caché de valeurs encore chrétiennes ; foncièrement dogmatique, mais avec une lourde répugnance pour cette propension, allant jusqu’au désir de la tyranniser, mais non moins fatigué immédiatement dans le scepticisme ; ni non plus effleuré du moindre souffle de goût cosmopolite ni de la beauté antique... un retardateur et intermédiaire, rien d’original. » (Nietzsche, Fragment posthume, 1887).


Péguy : mains pures

« Le kantisme a les mains pures, mais il n’a pas de mains. » (Péguy).

SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact