le site de paul soriano

Médiologie, philosophie, finance, livres & idées

« Les citations dans mon travail sont comme des voleurs de grands chemins qui surgissent en armes et dépouillent le promeneur de ses convictions » (Walter Benjamin)

Accueil > Médiologie > Dictionnaire de médiologie (paginé)

Dictionnaire de médiologie (paginé)

Les mots de la médiologie

Paul Soriano, dimanche 1er mai 2011

Version "pop-up" (liens désactivés)

Ange
Premier nom du messager (en grec, angelos). Angélologie, première appellation de la médiologie (discipline, fondée circa 550 avant J.-C. par Denys l’Aréopagite). Trois enseignements : 1/Éternel ne fait pas ses commissions lui-même, il a un besoin structurel d’agents de transmission. 2/Ces voltigeurs n’opèrent pas en francs-tireurs, ils appartiennent à des milices hiérarchisées sur une échelle d’ordre (la taxis). 3/Tout ange peut devenir démon, tout transmetteur un interrupteur. Le diabolique et l’angélique sont les deux faces d’une même fonction. (Régis Debray).
Autorité
L’autorité n’est pas la puissance, elle ne doit pas sa domination à la force mais à son inscription dans un ordre symbolique. Celui qui la détient est donc assez différent de la « personnalité autoritaire » (qui échoue généralement à se faire respecter) ; la personne investie d’autorité – le magistrat, le chef militaire, le savant, le prêtre… – tient celle-ci d’une institution qui la dépasse, son autorité lui vient d’ailleurs ou d’un autre. L’ascendant ou le charisme pourvoyeurs d’autorité peuvent se gagner personnellement (le chef a pu le devenir par sa bravoure au combat, le savant ou le professeur ont des « titres » à faire valoir), mais la hiérarchie ainsi instaurée doit, dans tous les cas de figure, quelque chose d’essentiel à la durée écoulée, ou au passé. En bref, l’autorité, qui surplombe d’assez loin la personne présente ou actuelle, percole à travers le temps. Elle a pour ressort la durée. (Daniel Bougnoux).
Bricoleur
Sobriquet flatteur tant pour le médiologue que l’ethnologue (Levi Strauss) et ce à trois titres. 1/ne recule pas devant les petites besognes, ce qui prouve de l’adresse et de l’abnégation. 2/respecte l’adéquation spinoziste de l’entendement et de la chose parce qu’il prend précisément pour objets d’étude des "bricoles" insignifiantes (l’adjonction de voyelles à l’alphabet consonantique, le caractère mobile en plomb, la mise en pâte du bois, la télécommande, etc.) et 3/le bricolage en ce qui le concerne n’est pas seulement in re mais in modo, car la sélection par le milieu technique des variations culturelles favorables opère comme la sélection naturelle elle-même "à la façon d’un bricoleur, sans dessein à long terme" (François Jacob). R.D.
Causalité
Le moulin à vent préféré des Quichotte de l’Esprit. Quiconque tire au jour les facteurs techniques objectifs d’un phénomène quelconque (social, culturel ou intellectuel) se verra transformé en Sancho Pança (déterminisme primaire, mécanisme grossier etc.) L’univers du médiologue n’est pas de type mécaniste (une cause, un effet) mais systémique (circularité des interactions). L’invention technique n’est pas déterminante mais autorisante. L’étrier n’est pas "cause" de la féodalité, ni la presse à imprimer celle du protestantisme. Mais sans étrier, pas de chevalerie ; sans Gutenberg, pas de Luther. Les théologiens distinguaient la grâce suffisante, qui donne la possibilité de faire le bien, de la grâce efficace, qui procure la réalisation du bien. L’innovation technique relève de la première. (Régis Debray).
Collection
Les idées voyagent mieux en groupes. Sciences, arts et religions sont d’abord des recueils, qui ramassent l’univers physique ou spirituel pour l’organiser et le transmettre. La pérennité d’une parole, d’une œuvre ou d’un axiome est garantie par son appartenance à un mythe, un corpus, un programme. (Louise Merzeau).
Communication
L’un des pôles des disciplines de l’information (et des études médiologiques), l’autre étant la transmission, avec lequel il entretient une relation dialectique (= antagoniste et complémentaire). L’information comme traversée de l’espace peut se distinguer… de l’information comme traversée du temps, étant bien entendu qu’elles ne sont pas aussi séparées dans la réalité. (Régis Debray).
Commutation
Regroupe toutes les opérations permettant de rechercher, d’établir, de maintenir, de modifier, ou d’interrompre des liaisons entre éléments d’un ensemble quelconque. S’applique d’abord à la reproduction sexuée, provocant une vertigineuse accélération dans l’évolution du vivant. Le calcul, l’hypertexte sont des commutations dans l’espace des nombres ou des mots. L’ordinateur est donc un commutateur. Mais aussi l’aiguillage, l’échangeur routier, les hubs. L’interrupteur électrique, l’annuaire et le central téléphonique, la télécommande sont nos commutateurs quotidiens. Ce sont les médias commutatifs (téléphone, télématique, hypertextes et Web) qui, en s’ajoutant aux médias irradiants (journaux, radio et télévision) modifient le régime actuel de la communication. (Marc Guillaume).
Congélateur
Après le cheval, le "congélo" est la deuxième plus belle conquête de l’homme. Conjugué avec un four à micro-ondes, c’est un dispositif technique qui émancipe l’homme de toute intervention féminine aliénante.

Face au "frigo", l’homme se trouve mal dans sa peau. Intrus, il ne sait comment le remplir et le ranger ; prédateur, il le dépouille, non sans quelque sentiment de culpabilité chez les plus civilisés. Le congélo, il l’alimente et le pille à son aise, chez lui, sans arrière-pensées sinon la discrète satisfaction d’une maîtrise retrouvée. Le congélo est un ami : on le couve d’un regard attendri, on le « flatte » exactement comme le cavalier flatte l’encolure de son cheval.
- Références : articles "Le micro-ondes et le congélo"
Constructivisme
Point trop n’en faut. Cette école de sciences sociales à présent dominante en réaction contre l’objectivisme positiviste d’hier tend à faire de toute réalité une "construction" sociale. On ira jusqu’à parler d’une "production de l’espace", voire d’une "production du temps". Du fait que le monde objectif n’est pas séparable des représentations pratiques qu’une société s’en fait, il ne s’ensuit pas qu’une société puisse produire toutes ses références objectives. De ce que la carte contribue à la formation du territoire, il ne se déduit pas qu’un territoire est l’invention des cartographes. Aucun acteur collectif ne produit sa géographie, son climat, ses gisements de matières premières et d’énergie, les lunaisons et les saisons, le soleil et le rythme circadien. Partant du fait avéré des interactions entre groupe social et phénomènes naturels, le constructivisme sociologique, objectivé et durci, en vient à nier l’irréductibilité du naturel au social. Beaucoup plus modestement, le médiologue observe que l’homme n’invente pas ex nihilo son milieu, mais doit inéluctablement négocier avec lui. Et c’est précisément parce que son milieu lui est en dernière instance imposé du dehors, comme un donné irréductible que la domestication technique de l’espace et du temps constitue pour l’humanité une tâche in-finie. (Régis Debray).
Corps
Le premier, l’irréductible médium (Régis Debray).
Les technologies de l’Information s’efforcent vers la fluidité, l’allégement, les "immatériaux" (le papier mieux que la tablette d’argile, l’électron des cartes à puces mieux que le papier…). Mais son propre corps, on y revient toujours. C’est lui qui borde nos jouissances, comme il prescrit leur rythme et leur ergonomie à nos chaînes techniques. Au théâtre (C.M. 1) comme à bicyclette (C.M. 5) le corps est au centre de la machine, et ce moteur est à la fête. Dans l’énonciation, c’est lui qui pilote et cadre la plupart des messages à coups d’indices, d’effets de présence et d’aura. Pour réchauffer une représentation en général, il est recommandé d’y injecter un peu de corps (la "ligne chair"). Extravasé et prolongé de mille façons dans les prothèses techniques et médiatiques, le corps reste l’alpha et l’oméga de la plupart des circuits. N’est-il pas au centre du monde propre de chacun ? On le fuit, on le complique, on le sophistique, on l’oublie ­ et c’est encore autour de lui que ça tourne. Avec le développement des technologies de l’information on saura de moins en moins ce que peut, ce que veut, où commence et où finit un corps. (Daniel Bougnoux).
Couvre-chef
Un couvre-chef peut remplir trois fonctions principales. Pratique, il abrite le crâne des intempéries et autres agressions, y compris celle du regard. Esthétique, c’est un ornement, selon les critères d’une culture ou d’une mode. Identitaire, il signifie qui est le porteur, explicitement ou à son insu. Dans couvre-chef, chef doit être pris au sens propre (la tête, le crâne) et aussi au sens figuré, le chef, le maître, le père, le juge et leurs avatars. Bien qu’à vrai dire, une couronne ne "couvre" pas grand-chose.
- Référence : article "Chapeau !"
Dématérialisation
Mythe. Voir : disque dur.
Dieu
Source d’émissions parfaitement performatives. Le seul Être qui ne fasse aucun bruit. Entropie zéro. "Dieu dit que la lumière soit et la lumière fut". Hors de la sphère divine, il y a un prix à payer. Les hommes communiquent mais à perte (l’information se dégrade en se propageant). Régis Debray.
Dieu voit tout, sait tout, enregistre tout. On peut l’interroger parfois. A condition de prendre des précautions, de respecter les rituels. En revanche, jeter les dés pour des enjeux humains et dérisoires est sévèrement interdit : toutes les interdictions des jeux de hasard en découlent. On ne "téléphone" pas à Dieu, à tout propos. (M.Guillaume).
Diligence (effet)
Le nouveau commence par mimer l’ancien. Les premiers wagons de chemin de fer (et les premières automobiles) avaient un profil de diligence. Les premiers incunables ont forme de manuscrits ; les premières photos, de tableaux ; les premiers films, de pièces de théâtre ; la première télé, de radio à image, etc. (Régis Debray).
Disque dur
La dématérialisation désigne l’allégement et la mobilité croissante des supports d’inscription et la rupture des contacts physiques autrefois liés à l’échange. D’où le mythe de la totale dématérialisation des échanges de biens et de signes. Généralement les idéalistes sont guéris de cette croyance par leur première panne de disque dur. (d’après François-Bernard Huyghe).
Document
"En histoire, tout commence avec le geste de mettre à part, de rassembler, de muer ainsi en "documents" certains objets enlevés à l’usage ordinaire et logés en des lieux propres. » (M. de Certeau).
Dope
Extrait par la langue argotique du verbe « doper, se doper », ce terme désigne certains médiateurs chimiques du bien-être (alors que le dopage est plutôt celui de la performance). Ces substances présentent deux autres caractéristiques communes : 1) elles produisent des effets secondaires néfastes pour la santé du sujet individuel et social (un mal pour un bien) ; 2) elles sont donc généralement prohibés : leur usage et surtout leur commerce motivent des poursuites pénales. Exceptions notables : l’alcool et le tabac, dont l’usage est néanmoins de plus en plus sévèrement encadré. Sur le plan moral et social, l’usage de la dope, valorisé par la « culture artiste » des élites, voit son aura diluée dans la consommation de masse.
En conséquence, la dope affecte aussi l’imaginaire social et inspire notamment toute une littérature qui fait l’objet de nombreuses adaptations cinématographiques.
Environnement
Enlevez brutalement à quelqu’un ses vêtements, sa maison et tous les objets qu’elle contient et vous produirez probablement chez lui des troubles de l’identité (s’il décide de s’en séparer volontairement, c’est différent, car il a pris le temps de retirer progressivement ses investissements psychiques des objets qui l’entourent). L’être humain sait que son existence physique est inséparable de son environnement naturel. Il lui reste à prendre conscience que son existence psychique est inséparable de son environnement d’objets, autrement dit de son "technosystème". (Serge Tisseron).
Frontière
L’essence même de la frontière est de réunir de manière indissociable deux notions généralement opposées : la séparation et le passage. La frontière est donc en quelque sorte un concept « dialectique » : amputée de l’un de ses termes, elle dégénère. Une frontière que l’on ne passe pas s’appelle un mur, frontière dégénérée. On comprend bien ce que veut dire « mur de la honte », tandis que « frontière de la honte » n’a pas de sens. Or, depuis la chute du mur de Berlin et l’abolition de tant de frontières, en Europe notamment, des murs s’érigent sur tous les continents et jusqu’au cœur des villes. Mais un mur peut regagner un peu de la dignité attachée à la frontière lorsqu’il est percé d’une porte que l’on peut ouvrir ou fermer. A contrario, abolir les frontières « pour permettre la rencontre et l’échange de toutes nos différences » conduit à une pure aporie : les « différences » ne sauraient en effet naître et se perpétuer qu’à l’abri d’une frontière concrète ou abstraite et leur rencontre la requiert logiquement.
- Référence : article "Frontières".
Gouvernance
« Le mot anglais governance a été remis à l’honneur dans les années 1990 par des économistes et politologues anglo-saxons et par certaines institutions internationales (ONU, Banque mondiale et FMI, notamment), de nouveau pour désigner « l’art ou la manière de gouverner », mais avec deux préoccupations supplémentaires ; d’une part, bien marquer la distinction avec le gouvernement en tant qu’institution ; d’autre part, sous un vocable peu usité et donc peu connoté, promouvoir un nouveau mode de gestion des affaires publiques fondé sur la participation de la société civile à tous les niveaux (national, mais aussi local, régional et international) » (Etymologie du terme « gouvernance », http://ec.europa.eu/governance/docs/doc5_fr.pdf).
Révérence : article "Gouvernance"
Graphosphère
Période de l’esprit humain ouverte par l’imprimerie et déséquilibrée par l’audiovisuel (1470-1970). Fait passer du rationnel au scientifique, de la vérité au vérifiable. Médiasphère propice aux mythologies du progrès et aux messianismes séculiers. Début de l’accélération du temps historique et première contraction industrielle de l’espace, sous l’effet de la vapeur et ensuite de l’électricité. (Régis Debray).
Hypersphère
Ère de l’Internet ou du "numérique". Le numérique permet de simuler et de combiner (hybridation) les médias caractéristiques des médiasphères précédentes (presse, radio, télévision).
Italie
Pour le meilleur et pour le pire, l’Italie est un laboratoire de la politique, des premières communes libres au totalitarisme, de Machiavel à Malaparte, auteur d’une Technique du coup d’État qui en actualise la dimension médiologique, plus d’un demi-siècle avant que Berlusconi invente la démocratie en vidéosphère. A l’encontre d’une idée inspirée par le malgoverno de l’après-guerre, les Italiens ne souffrent nullement d’incompétence mais plutôt d’incontinence politique.
Jogging (effet)
Effet rétrograde du progrès matériel. La déchéance des membres inférieurs était jadis pronostiquée chez les bipèdes motorisés. Or, moins les citadins marchent, plus ils courent. Au lieu de l’atrophie annoncée, la remusculation. La déstabilisation technologique suscite une restabilisation culturelle. A chaque "bond en avant" dans l’outillage, correspond un "bond en arrière" dans les mentalités. (Régis Debray).
A rapprocher d’une observation de McLuhan : quand une technique devenue obsolète n’est plus d’usage pratique (directement utile) elle se survit en tant que pratique culturelle désintéressée. Ou alors, elle change d’utilité : on court parce que c’est présumé bon pour la santé. (Paul Soriano).
Voir aussi : vélo (effet).
Logistique
La logistique est l’art d’acheminer et agencer des éléments dispersés en vue de produire un tout organisé. Rien de plus médiologique que l’histoire de la logistique. Elle s’applique en effet d’abord aux choses de l’esprit avant de rejoindre les corps et l’empirie, dont elle tend à nouveau à s’affranchir vers la fin du XXe siècle. En vain : les idées même ne sauraient voyager sans conteneurs.
Logosphère
État de civilisation suivant l’invention de l’écriture, dans lequel l’écrit, au statut encore subordonné, sert d’abord à transcrire une oralité primordiale aux dictions encore sacralisées. En Grèce, assure le passage du mythos au logos, ou du récit légendaire au discours rationnel. Naissance, avec l’alphabet vocalique, de l’universel.
Machine
« Ce qui distinguera toujours le fonctionnement de l’homme et celui des machines, même les plus intelligentes, c’est l’ivresse de fonctionner, le plaisir. Inventer des machines qui aient du plaisir, voilà qui est heureusement encore au delà des pouvoirs de l’homme. Toutes sortes de prothèses peuvent aider à son plaisir, mais il ne peut en inventer qui jouiraient à sa place. Alors qu’il en invente qui travaillent, »pensent« ou se déplacent mieux que lui ou à sa place, il n’y a pas de prothèse, technique ou médiatique, du plaisir de l’homme, du plaisir d’être homme. Il faudrait pour cela que les machines aient une idée de l’homme, qu’elles puissent inventer l’homme, mais pour elles il est déjà trop tard, c’est lui qui les a inventées. C’est pourquoi l’homme peut excéder ce qu’il est , alors que les machines n’excéderont jamais ce qu’elles sont."
(Jean Baudrillard, Le Xerox et l’infini).
Médiologie
La médiologie est une théorie des médiations techniques et institutionnelles de la culture. La démarche médiologique entend surmonter l’opposition habituelle entre technique et culture. Elle étudie les soubassements matériels du monde spirituel et moral (idéologies, croyances...) ainsi que les effets des innovations techniques sur notre culture et nos comportements.
Monnaie
Paraphrasant Max Weber on pourrait dire de la monnaie qu’elle détient désormais le monopole (public) de la capacité d’extinction des dettes. En tant que bien public, elle en vient à condenser tout ce qui reste de social dans la société de marché - devenant ainsi le médiateur universel, celui qui médiatise toutes les relations sociales. Encore que certains théoriciens libéraux la considèrent comme une marchandise quelconque, susceptible d’être mise en concurrence.
Référence : article "Qu’est-ce que la monnaie ?"
Nation
La nation selon Renan, « un plébiscite de tous les jours » ? Oui, mais justement, on ne plébiscite pas tous les jours. Le nous (national), j’y pense et puis j’oublie. Seuls les politiques et quelques intellectuels organiques ne pensent qu’à ça, au corps politique et à ses relations internationales. Les autres, il faut périodiquement leur rafraîchir la mémoire : lieux de mémoire, symboles en dur érigés en pense-bête et cet adjuvant remarquable, le sacré, qui imprègne tout discrètement et résiste aux outrages du temps, à l’entropie qui affecte ses supports matériels – y compris les frontières (sacrées) de la patrie.

|

SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact