le site de paul soriano

Médiologie, philosophie, finance, livres & idées

« Les citations dans mon travail sont comme des voleurs de grands chemins qui surgissent en armes et dépouillent le promeneur de ses convictions » (Walter Benjamin)

Accueil > Philosophie > Ruyer (1902-1987)

Textes fondateurs

Ruyer (1902-1987)

Paul Soriano, samedi 5 janvier 2008

Raymond Ruyer (Plainfaing Vosges, 1902 - Nancy, 1987) est un philosophe français du XXe siècle. Formé à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, il devient professeur de lycée et rédige une thèse sur la phénoménologie de la connaissance...

Lire la suite

Biographie sur le site Philonet

Une philosophie du sujet - ou plutôt de la subjectivité :
"En dépit de l’étymologie, la subjectivité est sans sujet, elle n’est qu’un caractère de toute forme absolue en ce sens qu’elle exprime la non-ponctualité de l’étendue sensible. Il est dans la nature de toute forme de paraître “se survoler” elle-même. Chaque fois qu’un ensemble vrai, une vraie forme, un vrai domaine indivisible de liaisons existe, un point mytique [ici : illusoire] de perspective est virtuellement créé." (La Conscience et le corps, 1937, p.64).

Embryon

Petit embryon deviendra grand...

Un biologiste, armé d’une technique perfectionnée, étudie un embryon humain in vivo. Il en étudie particulièrement le développement du système nerveux. L’embryon naît, et il devient un éminent chirurgien du cerveau. Le biologiste vieillit, et il a besoin d’une opération cérébrale. Il se confie au chirurgien qu’il a étudié à l’état embryonnaire. Curieux retour. Si le biologiste étudiait l’embryon, dont le cerveau n’était encore qu’une simple gouttière, avec un juste sentiment de supériorité, il n’est plus maintenant qu’un pauvre patient, et c’est le chirurgien qui, après trépanation, examine, comme une sorte de préparation de laboratoire, le cerveau qui l’a étudié autrefois en le considérant alors, lui futur chirurgien, comme une sorte de préparation anatomique. Par des progrès techniques aisés à concevoir et même à prévoir, un embryon in vitro peut fort bien se développer jusqu’à son terme, et ainsi de préparation de laboratoire qu’il est d’abord, devenir un adulte éminent qui soignera et opèrera son ancien préparateur.

Paradoxes de la conscience, Albin Michel, 1966.

++++Publications

L’homme selon Ruyer

L’intérêt de la réflexion de Ruyer sur l’homme vient de ce qu’elle s’intègre dans une cosmologie philosophique. Elle tient ainsi compte de l’ensemble des résultats des sciences contemporaines, et permet de renouveler toutes les questions classiques, en s’orientant dans les querelles de l’humanisme et de l’anti-humanisme. L’anthropologie ruyérienne, telle qu’on peut la reconstruire, procède en quatre temps : faire de l’éthologie comparée le préalable incontournable de la réflexion sur l’homme, déterminer la différence humaine par le biais de la fonction symbolique, rechercher alors les facteurs naturels du passage au symbolique, réintégrer pour finir l’homme dans la vie et le cosmos, en éliminant toute forme d’idéalisme. Le naturalisme de Ruyer débouche sur une conception élargie de la nature, qui autorise une compréhension inédite de l’ « animal rationale ».

Voir sur le site.

Vie et extériorité : le problème de la perception chez Ruyer

L’originalité de la métaphysique de Ruyer tient à ceci que le problème de l’incarnation de la conscience, décrite par la phénoménologie comme condition de possibilité de la perception, est résolu par le biais d’une identification de la conscience et du corps… Renaud Barbaras, revue Les études philosophiques.

Voir le site cairn.info.

Ruyer et la physique quantique

« Un être vivant et conscient, déclare Ruyer, ne peut être expliqué par un jeu d’atomes qui n’ont absolument aucun caractère de vie et de conscience ». La physique quantique lui permet de supposer que les atomes n’en sont pas absolument dépourvus, puisqu’ils en possèdent deux traits, la délocalisation et la finalité. François Brémondy. Revue Les études philosophiques.

Voir le site cairn.info.

Liberté humaine et expérience de Dieu dans la philosophie de Raymond Ruyer

La thèse soutenue ici affirme que par la liberté humaine nous faisons l’expérience de Dieu autant que Dieu fait l’expérience de l’homme. Ce faisant, nous tentons d’exposer et d’examiner la réponse de Ruyer à une question classique de théologie rationnelle : comment concilier la liberté humaine et l’existence de Dieu ? André Conrad, revue Les études philosophiques.

Voir sur le site.

Raymond Ruyer par lui-même

Réédition du texte paru sous le titre « Raymond Ruyer » dans le volume Les philosophes français d’aujourd’hui par eux-mêmes, G. Deledalle et D. Huisman (dir.), Paris, Centre de Documentation Universitaire, 1963.

Voir le site cairn.info.

SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact