« Et si je me trompe, je sais que vous me corrigerez » (Jean-Paul II)

Visiteurs connectés : 1

Accueil > Chroniques > A quand un ministère de la révolte et de l’indignation ?

A quand un ministère de la révolte et de l’indignation ?

dimanche 1er novembre 2020

Soyons sérieux, Jean Castex n’a rien de commun avec Big Brother (des langues de vipère ajouteront « hélas »)… Mais les dénominations de ses ministères flirtent étrangement avec la *novlangue.
Le ministère de la dépendance s’appelle ministère de l’autonomie ! Un ministère de la « citoyenneté » ça paraît déjà un peu limite, d’autant qu’un autre s’occupe de la « participation citoyenne » ; mais un ministre de la « mémoire », c’est carrément too much. On découvre aussi un ou une ministre de l’ « engagement » : à quand un sous-secrétaire d’État à l’Indignation et à la Révolte ? Un secrétaire d’État à l’attractivité fait sourire, et un ministre de la « transformation » laisse pour le moins perplexe. Manque un ministre de la Fëte ? Non, car « tout est fête », « toute action gouvernementale est festive ; il y a, non pas un seul, mais quarante-quatre ministres de la fête… » (d’après Jack Lang).

*Novlangue, pour mémoire : « la guerre c’est la paix, la liberté c’est l’esclavage, l’ignorance c’est la force… »