Accueil > Chroniques > Chief Happiness Officer

Chief Happiness Officer

Paul Soriano, 16 avril 2018

Chief Happiness Officer : « un métier encore peu répandu qui consiste à soigner le bien-être en entreprise » (Les Echos, 15/12/2015).

Ne ricanez pas, ça existe, et c’est même le merveilleux job que vient de décrocher Ginette* H., 25 ans, dans une « fintech » (espèce de mot valise résultant du coït entre finance et technologie). Nul doute que la création du poste résulte d’une enquête approfondie, dont la conclusion s’est imposée sans appel : l’argent ne fait pas le bonheur. D’où Ginette. Écoutons-là :

« Cultiver le bonheur chez X, c’est mon job depuis le mois d’octobre. (…) Dans cette startup pionnière du cobanking, je soigne la communication interne et je dois tout mettre en œuvre pour faire perdurer la culture de la startup, accueillir les nouvelles recrues, travailler la marque‐employeur, chouchouter les collaborateurs … Une multitude de missions toutes aussi riches les unes que les autres ! »

Chouchouter les collaborateurs ? Vous êtes sûre Ginette ? À votre place on lirait quand-même de plus près les clauses en petites lettres dans le contrat.

*Nous avons changé le prénom pour ne pas embarrasser la famille.