« Et si je me trompe, je sais que vous me corrigerez » (Jean-Paul II)

Accueil > Chroniques > Rhétorique de la dérision

Rhétorique de la dérision

jeudi 16 juillet 2020

En vidéosphère tardive surgit un autre fossoyeur de la vérité : l’« humoriste » ; le bouffon, qui exerçait jadis l’autorité de la libre parole défiant des autorités officielles dévoyées ou aveugles, devient l’agent d’une « rhétorique de la dérision » :

Mais si un jour (…) la rhétorique de la conviction se voyait remplacée par la rhétorique de la dérision, (…) – oh ce jour-là toi aussi et toute ta science, Guillaume, vous serez mis en déroute !

Jorge de Burgos in Umberto Eco, Le Nom de la rose. Voir « Rire de rien ».

Voir en ligne : In medio veritas