Paul Soriano sur Twitter

Brèves de comptoir


  • Florilège

    Chaque fois que je fais parler un mort (en le citant par exemple), je ne peux m’empêcher de penser qu’un mort est en train de me faire parler.

    Le rythme est un démon : il vous possède et vous change en métronome ; il captive le corps et l’âme, et même l’esprit quand il met la parole en musique ; il vous fait marcher, au sens propre comme au sens figuré : ça commence avec la table de multiplication, se poursuit avec les slogans politiques, s’exacerbe dans les concerts de rock et s’achemine enfin au pas des corbillards mélancoliques, jusqu’à la tombe : “Earth to earth, ashes to ashes, dust to dust”. Au commencement était le Rythme et le Verbe a pris la cadence.

    Les retours d’âges, en général, c’est pas demain la veille, mais plutôt avant-hier : retours du religieux, retour à la nature (la cousine bête), à l’ère hypermoderne du numérique : Padre Pio et Madre Bio. Le révolu est révolutionnaire.

    Les images occultent ce qu’elles représentent. (Vilèm Flusser, Die Bilder verstellen was sie vorstellen). Simuler, c’est dissimuler. C’est vrai de toute représentation, celle du peuple par les élus, entre autres.

    Écran : dispositif qui montre et qui masque, qui affiche (n’importe quoi) en masquant autre chose (l’écran).

    La technique, a ceci de commun avec le « ça » du psychanalyste, qu’elle opère souvent sans que nous n’en soyons plus conscients. Et du coup on en devient la marionnette.

    “In Jesus Christ, there is no distance or separation between the medium and the message. It’s the one case where we can say that the medium and the message are fully one and the same.” (McLuhan, période Vatican). Message, Massage, Mass Age, Mess Age (McLuhan, période Lacan).

    L’idéologie, ce moyen terme entre politique et religion ? Non, du religieux bas de gamme, sans transcendance ni splendeur. L’idéologie, c’est aussi le nom que j’inflige aux idées de mon adversaire.

    On crée un parti pour prendre le pouvoir et changer la société, et on finit par ne plus rien faire d’autre que s’évertuer à garder le pouvoir au sein du parti (et ne pas le changer).

    #jesuischarlie. Engendré par un simple tweet, viralisé par le réseau, un processus social et politique sans précédent est advenu : faire d’un JE un NOUS (Louise Merzeau). Certes, mais si ces « JE », et si ce « NOUS », n’étaient en réalité que des « ON » ?

    La chaîne des générations ? Prenez garde qu’elle ne se brise car vous y êtes suspendu.

5 articles